Et Merlin, il écoute?

Merlin, je n’irais pas jusqu’à dire qu’il déchaîne les passions, mais le fait est qu’il suscite beaucoup d’interrogations.

Puis j’ai très (trop?) vite dit que j’avais des projets pour lui. En faire un outcross pour les tamaskans, une portée avec Ayla…. Après tout, il est beau, il a un sang intéressant et une génétique propre, a priori.
Alors vous vous dites que vous voudriez peut-être un chien comme lui, ou un de ses petits. Vous me demandez s’il écoute. Si il est gentil. Si….

Il est beau l’gamin. Enfin, moi, je le trouve beau, et je ne suis pas la seule. Et puisqu’il est beau, qu’il vit avec deux nanas, deux chats et une chienne au caractère bien trempé, c’est que c’est un rêve de chien-loup non?

Bon, on se rappelle que les chiens et les chats sont séparés, on n’a même pas testé Merlin avec les chats tant ces derniers sont remontés contre tout ce qui ressemble à un canidé, de près ou de loin.

Et pour le reste… J’ai de plus en plus de mal à répondre.

Pour moi, pour nous, oui, il est « parfait ».  Dans le sens où il répond à nos attentes.
Il est câlin, il est très bisouilleur. Il nous saute dessus beaucoup trop souvent, mais bon, on gère.
Il est réservé, il évite le contact des gens qu’il ne connait pas, du coup, il ne saute que sur nous, alors ça va.

En laisse, en milieu urbain, il ne panique pas.
D’ailleurs, il marche très bien en laisse.

Il connait les ordres de base, assis, couché, pas bouger, le rappel… Rien n’est parfait, mais il le fait. C’est encore un bébé, je ne sais pas si les choses seront aussi simples lorsqu’il sera mature. Peut-être que ce sera mieux, peut-être que ce sera pire.

En liberté dehors, son rappel est bon, il ne s’éloigne pas, il revient quand on l’appelle. Pas à la seconde, pas comme un berger, mais il revient et il est content, alors nous aussi.
Il est prédateur, alors on anticipe. Et jusqu’à présent, ça marche.

Il est très voleur, et grand, donc on a pris l’habitude de ne rien laisser traîner, y compris les choses non comestibles qu’il pourrait trouver plaisant de déchiqueter. Ou alors, on lui laisse de vieux cartons à dépiauter. C’est le bordel à la maison, mais il est content et on nettoie. Ca nous va.
Le canapé est dégueulasse, mais c’est juste un drap housse à laver. C’est le prix à payer pour les câlins du soir devant la télé. Ca nous va aussi.

Il fait des trous dans le jardin, il se baigne, il marche dans la terre battue, puis il pourrit la maison. On nettoie, il est content, ça nous va.

Merlin n’est pas malade en voiture. C’est génial. Après la souffrance que ça a été pour Ayla, en voyant la souffrance que c’est pour la plupart des petits d’Ayla, pour nous, c’est un confort incomparable.
Pour la plupart des propriétaires de chien, c’est juste normal.

Merlin il est propre. Enfin, globalement. De temps en temps il a des accidents, mais globalement, ça va. Puisque c’est surtout des pipi d’émotions. Nous sommes contentes!
Mais il a 7 mois et demi. Pour vous, ça irait un chien de cet âge « globalement propre »?

Toutes les nuits, ou presque, il nous réveille. Parce qu’il est réveillé, et qu’il veut de la compagnie. Chaque heure gagnée est une victoire. On est contentes. Mais parfois on râle. A son âge, laisser à Ayla un accès à la chambre c’était inenvisageable, alors ça va, c’est pas mal.

Mais du coup, Merlin, il écoute?
J’en sais rien, on a un mode de vie avec lui, avec eux, qui nous convient. Il  ne fait plus pipi sur le lit, il ne détruit pas les meubles. Il est proche de nous, et on se fait confiance.

Mais c’est pas un golden retriever, c’est pas un berger allemand non plus, ni même un husky.
Ce qu’on attend de lui, c’est la même chose que d’Ayla, avec moins d’obligations et de réactivités, puisque c’est encore un chiot, qu’il apprend encore, et nous aussi.
Et pour l’instant, tout va bien.
Mais je ne sais pas si pour vous, avec un chien comme ça, tout irait bien.

Merlin… pré-adolescence et petits pas.

Bonjour,

Il est plus que temps pour le point sur Merlin, pour ses 4 mois, mais avec les chiots « et tout et tout », j’ai pas pris le temps de la faire avant aujourd’hui.

Merlin grandit bien, de façon exponentielle et un peu effrayante, en fait.
Il est maintenant plus grand qu’Ayla, même si elle lui met toujours une dizaine de kilos dans la vue.

11415558_10153404166904429_7058386229876196399_o (1) 11313111_10153390513514429_5850906321699165794_o 11402536_10153404171374429_3312794211077073453_o
C’est un chiot vachement sympa, un plaisir à vivre même si en ce moment il est plein de dents et de pattes!
Ca fait maintenant une semaine qu’il n’a pas fait caca à l’intérieur, et même si c’est encore un peu foireux pour les pipis les progrès sont indéniables.

A l’intérieur, à part les problèmes de propreté persistants, il est globalement très gérable.
Peu de destructions (la nuit, parfois il pique et déchiquette ce qu’on oublie sur les tables…)
Et vachement calme pour un petit gars de son âge.

Sa relation avec Ayla s’apaise enfin. Elle lui permet même de la rejoindre dans la caisse des bébés. Bon, il doit s’y tenir à carreau, mais c’est déjà énorme!

11393287_758324517599203_7322944508552118294_o11401482_758324450932543_3877273480590605762_n

Pour ce qui est de la partie éducation, il a intégré les assis, les couché… La marche en laisse est encore à travailler même si ce n’est pas catastrophique.
En balade en milieu naturel il est top. Il ne s’éloigne jamais (pour l’instant), il est à l’écoute. C’est vraiment un plaisir.
11116472_10153390515989429_6454353572908823752_o 11241232_10153390514744429_297159645798388803_o 11119415_10153390516274429_6784540789260924105_o

Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes alors?
Ben pas tout à fait… Ca fait deux trois semaines que Merlin nous fait une méga régression en terme de sociabilité avec les humains.
Lui qui jusque là était proche de la perfection… Avec comme exemple ce tour en festival pour ses trois mois et demi.

Depuis deux semaines c’est un enchaînement de coups de flippe à l’extérieur (en milieu civilisé, hein), et de refus de contact avec nos visiteurs.
C’est la « crise des 4 mois » (mais je ne suis pas sûre que ça existe pour de vrai).
Je crois me souvenir qu’Ayla aussi avait eu une période chiante comme ça.
Alors… On continue à le sortir, tranquillement. Sans trop lui forcer la patte, en lui donnant le temps de décider quoi faire quand il a peur, et en lui laissant la possibilité de refuser le contact s’il n’en veut pas. Après tout, il a le droit.
J’espère juste que ça va passer 🙂

Des idées/conseils à nous donner sur ce point?

Je vous dis à bientôt, j’ai plein de choses à vous raconter sur la nurserie qu’est devenue notre maison !

Le premier mois de Merlin à la maison

Bon, en fait ça fait pas un mois, ça fait trois semaines.
Je me suis trompée.

Bref!

montage ayla et merlin

Bonjour à tous!

Il y a « bientôt » trois mois, je vous faisait le récit de sa naissance. Je vous racontais combien on l’a attendu, avec espoir et angoisse. Combien il a été désiré ce chiot (et croyez moi, quand le gremlins est là, il FAUT l’avoir désiré très fort.)

IMGP1240 IMGP1228 IMGP1076 IMGP1103           IMGP1250            IMGP1249

Verdict?

Plutôt très positif.

Le premier point, le plus important, le plus évident, le plus… Charmant. C’est le fabuleux travail que son éleveuse a réalisé sur la portée.
Merlin, il aime les humains. Très fort.
Merlin, il aime faire des bisous. Beaucoup.
Merlin, il aime les câlins. Genre, tout le temps.

Et ça, après les difficultés de mes premiers mois avec Ayla qui n’en avait rien à faire des humains (pas peur, mais pas d’attirance particulière), c’est génial.

Ensuite, en vrac:

Melin, il n’est pas très têtu. Moins qu’Ayla. Il l’est, mais c’est « facile » à canaliser. Vraiment.
Les bêtises qu’il a fait, c’est quand on était absentes, ou qu’on dormait.

Merlin, il adore Ayla.

Ayla, elle tolère Merlin. Pas plus.
Pas d’agressivité, mais pas d’entrain.
Puis faut pas qu’il remue trop.
En tout cas, pas trop près d’elle.
Sinon, madame râle.

 

Ceci dit, ça va faire trois jours qu’elle ne lui a pas mis de gueulante et depuis hier il a gagné le privilège de lui servir d’oreiller.
De toute façon, Ayla, depuis l’Allemagne, elle est bougonne. Elle veut pioncer sur le canapé, manger du poulet, et faire des siestes à l’ombre.
Alors forcément, le gremlins qui court dans tous les sens en bavardant, ça la soule vite.
En balade, à deux, ça va niquel par contre. Elle lui parle même avec plaisir et surveille qu’il ne soit pas trop loin.

IMGP1437           IMGP1282            IMGP1641

IMGP1647

Merlin il aime bien aller chercher le pain tout seul, sans Ayla. Après une phase où il avait l’air très embêté par l’idée d’avoir une laisse, il s’est bien posé. Il n’est pas trop craintif en milieu civilisé, il faut juste lui laisser le temps de prendre la mesure des trucs qui le surprennent. Et, évidemment, super sociable avec tout le monde. Il a beaucoup de succès.

Merlin il est bavard. Les premiers jours, nous avons découvert une vraie drama queen cachée en lui. Il s’est calmé, mais il s’exprime toujours beaucoup. Quand il est content, quand il n’est pas content, quand il est calme, quand il est excité, même quand il dort.
Perso, j’adore.

Merlin, il a eu beaucoup beaucoup beaucoup de mal à supporter les absences au début. Même si l’absence c’était seulement une porte fermée en raison d’un besoin d’intimité aux toilettes.
Il me suivait même dans mon bain. DANS mon bain.
Pour ce point là, on a fait appel à une amie comportementaliste (Tabaki & Co) qui nous a donné de précieux conseils et est venu voir le gremlins. Bon, quand elle a pu venir, on avait tellement bien travaillé qu’il a été parfait et, limite, elle nous croyait plus….
Actuellement il en est au stade où.. ben ça va. Il peut rester seul dans le jardin (sans humain, sans Ayla) et y faire sa vie sereinement. J’ai pas testé longtemps, mais 10 min / un quart d’heure sans soucis.
En complément, il a pris des fleurs de bach depuis son arrivée, et je vais continuer encore quelques semaines. Pour info : Heather / Fausse Bruyère N° 14.
Surtout que c’est pas compliqué de les lui faire prendre.

Au niveau des bêtises ça a commencé douuuucement, douuuuucement. Mais ça y est, il est lancé. A son actif, pour l’instant, une éponge, un cable hdmi et une lampe.
Et la table basse rongée. Bon, c’est normal, c’est un chiot. J’aurais dû enlever le câble, et je n’avais pas réalisé qu’il était à présent assez grand pour piquer des trucs posés sur la table de la cuisine.

En fait, LE problème, c’est la propreté. Et pas vraiment la propreté « oups un pipi », nonon, « oups un pipi dans le panier du chien/l’autre panier du chien/sur le lit/sur le tapis de l’entrée (etc etc) ». Bref, vous aurez compris, Merlin aime bien faire ses besoins sur des trucs confortables.
Moi j’aime moins qu’il aime bien.
Sur le lit, c’est facile, si il y a des humains qui y dorment, il ne fait pas. Le reste du temps il n’a pas le droit de s’approcher du lit. Voilà.
Le canapé? Et bien, pour une raison mystérieuse, le canapé est épargné par les pipi du gremlins, pourtant, hein, il est confortable mon canapé, et le petit s’en sert pour dormir/jouer/regarder la télé comme tout le monde.
Alors.. Pour l’instant j’ai supprimé les paniers, tapis, trucs confortables…. Et je surveille pour le lit (Enfin, j’essaie. Hier, j’ai échoué. Puis un oiseau a fait caca sur la housse de couette qui séchait. Je pense que c’est une sorte de malédiction.)
Je remettrai les « lits de chien » quand il sera propre (et on sait tous très bien que ça peut être long. Ou pas. Espérons qu’il soit plus réactif qu’Ayla pour cet apprentissage là.)

IMGP1426 IMGP1418 IMGP1508 IMGP1490           IMGP1478            IMGP1515

Voilà pour les nouvelles. On travaille plein de choses. Les bases (assis/couché/viens). Les bonnes manières (on ne saute pas les barrières, on ne gratte pas aux portes, on n’essaie pas de piquer dans les assiettes des gens…), sachant que pour ce point, Ayla aide beaucoup.
Les découvertes…. On est allé à la foire, voir des manèges, des enfants et beaucoup de bruit.
Et c’est pas mal.
Vraiment. Pas mal.

IMGP1574

Le mystère du cordon ombidical orange fluo

Bonjour à tous,

Aujourd’hui je voudrais vous parler d’un « truc » sur lequel on me pose régulièrement des questions. La LONGE.
Cet étrange fil orange qui suit Ayla sur quasiment toutes nos balades, accroché à son harnais et vraiment pas esthétique.

10862716_676784892419833_7722843298472156064_o

On me demande si elle n’a pas de rappel. Si c’est moi qui ait peur.
On me demande POURQUOI????

En effet, pourquoi continuer à attacher un chien de trois ans (presque), au rappel maintenant fort correct, alors que c’est moche et que j’aime la prendre en photo?

Et bien pour deux principales raisons.

D’abord, la plus évidente, ça me rassure. Ça me rassure parce que ça me donne 10 mètres de capacité d’action physique supplémentaire sur mon chien, 10 mètres qui se sont révélés fort utiles dans des cas où elle est hors de portée du wifi et ne capte plus rien de ce que je raconte (c’est à dire, quand elle vient de voir un chien, quand elle est sur une piste, quand une voiture arrive et qu’elle décide de courir après).

Le pied sur la longe suffit dans 90% des cas à la « réveiller », mettre une pose dans la stimulation, lui rappeler que j’existe et donc la persuader d’obéir à ma commande vocale.

Ca me permet aussi de gérer les variations d’humeur de la demoiselle, qui est à la merci de ses hormones et n’obéit au poil que 4 mois sur 6 (pendant ses chaleurs et les 3 mois suivants) sans avoir à m’inquiéter de si elle est ou pas dans le mood pour m’obéir.

Cependant, ça ne fait QUE me rassurer.
Un exemple : Il y a deux semaines, mes parents ont amener Ayla se promener avec leur chienne (perso, je faisais joyeusement la grasse matinée.) Ne voulant pas prendre de risque, mon père tenait à la main le bout de la longe (là où je la laisse trainer). Manque de bol, période de chasse, un sanglier passe en contrebas du chemin. Ayla folle s’élance en avant avec toute sa force. Mon père a tenu la longe. La longe a cassé net.
Ben oui…. C’est juste un bout de fil qui, maintenant, ne fait plus le poids face à la force qu’elle peut développer dans un vrai moment d’excitation.
Et que s’est-il passé? Rien. La longe a cassé, le choc a réveillé Ayla qui est revenu au pied sur la commande de mon père.
Qu’est-ce qu’il se serait passé sans longe? Peut-être la même chose, peut-être un drame. Et franchement, je ne veux pas le savoir.

Ensuite, la légalité.

Nous habitons dans un Parc National, le seul qui soit habité en France. Et dans les Parcs Nationaux, il y a des règles. Plein. De. Règles.
En l’occurrence, celle qui nous intéresse est la suivante :

Pour la tranquillité de la faune sauvage et des troupeaux, la divagation des chiens est interdite.
Ces dispositions ne s’appliquent pas :
– aux chiens tenus en laisse ou attachés,
– aux chiens des bergers, utilisés pour la surveillance, la conduite et la protection des troupeaux,
– aux chiens de chasse, participant à une action de chasse autorisée.

J’habite dans une zone de montagne, une zone sauvage, une zone d’élevage, une zone où 80% des habitants rêvent de se « faire » un loup.
D’une part je comprends et respecte la nécessité de ne pas laisser les chiens « libres » en zone de tranquillité pour les animaux, et d’autres part je ne veux pas de problèmes avec mes voisins ni avec les gardes du Parc.
La longe est le compromis le plus acceptable entre la liberté de ma chienne, sa sécurité et ma tranquillité d’esprit.
Alors, certes, vous me direz qu’une laisse de 10 mètres c’est un peu du foutage de gueule, mais c’est toujours une laisse. Et ça passe.

Les mauvais côtés….

Bon, c’est moche, on l’a déjà dit, c’est un fait. Mais c’est fait pour être visible, pas esthétiquement cohérent.

C’est « vaguement dangereux » (pour les accompagnants bipèdes qui ont la fâcheuse tendance à se prendre les pieds dedans).

Ca peut embêter Ayla si elle se coince quelque part ou quand elle joue avec d’autres chiens. (Même si dans l’ensemble, elle s’en sort bien avec son fil.)

10338387_632140083550981_4826201509552034248_o

Mais alors, tout le temps?

Non, bien sûr que non. Il y a des endroits (hors parc), des périodes (printemps/été) où la chasse est fermée, les montagnes peu fréquentées, les touristes ailleurs et où je peux et ne me prive pas de la lâcher. Le tout est de trouver un bon équilibre entre sa liberté (et franchement, rien, ou une longe qui traîne dans son dos, pour elle, ça ne change pas grand chose) et ma tranquillité d’esprit.

D’un point de vue éducatif, la longe est un magnifique outil pour apprendre le rappel à un chien et j’encourage tout le monde à l’utiliser.
C’est bien de pouvoir balader son chien « en free », mais je vois trop de chiens « super gentils et obéissants » qui finissent sous les roues d’une voiture, tués par un sanglier, sous les crocs d’un autre chien ou les sabots d’un taureau parce que cette fois là, cette unique fois, il n’a pas écouté.

Et je refuse de prendre ce risque pour mes animaux.

 10499333_605291149569208_5753958932115069530_o

Une balade ratée…

Bonjour à tous,

D'abord un avertissement : il y a plein de videos dans cet articles, et le son est globalement pourri. Désolée :D

Un petit article au sujet de la balade d’hier après-midi, qui vaut le coup d’oeil…

Vous savez, quand j’ai ajouté Ayla à la population de ma maison, j’avais en tête ces « images d’épinal » où je pourrai me balader dans la nature avec mon chien libre à mes côtés, m’asseoir pour profiter et qu’elle vienne s’allonger à mes côtés… Une belle idée de complicité, de douceur et de facilité.
En vrai, ce genre de moments arrivent très rarement, et dans les faits…. Mes balades se sont transformées en « Ayla’s time » où je passe mon temps à surveiller le chien, à tenter de garder le contrôle sur le chien, à m’inquiéter pour le chien, à faire travailler le chien…

Hier, c’était un bon exemple de balade un peu foireuse comme ça, où je rentre chez moi dégoûtée.
Ca partait « mal » de toute façon… L’endroit où je voulais initialement me rendre était inaccessible à cause de grosses congères qui bloquaient le chemin d’accès… Ce qui transformait théoriquement une « balade » de 4 km en marche dans la neige pendant 8 km.
Ca peut avoir son intérêt, mais l’après midi était déjà bien avancée et j’étais attendue au restaurant trois heures plus tard.
J’ai donc choisi de laisser ma voiture à l’entrée des congères et de rester dans le coin avec Ayla…. De grands champs, des plaques de neige, pas de troupeaux… Je pensais que ça pourrait être cool aussi.
D’ailleurs, les débuts de la balade se sont plutôt bien passés.

 

Mais très vite, Ayla m’a « oublié »… C’est assez évident dans les videos ci dessous où elle ne tourne même pas une oreille quand je la rappelle.
Sentiment très mitigé… D’un côté je suis bien entendu contente de la voir s’amuser comme ça, après tout c’est en majeure partie pour ça que je l’ai amené là.
D’un autre côté, comme d’habitude, la petite pointe au coeur, la déception et la remise en question de mois de travail en arrière plan.
Mais bon, pas bien grave.

 

Quelques minutes plus tard (ça devait faire une demie heure qu’on marchait dans le coin) un 4×4 est apparu sur la route. Arrivé au niveau des congères il est sorti du chemin pour les contourner dans le pré où nous nous trouvions et Ayla… Elle est parti derrière.
Panique, mon chien qui se confond très bien sur ce genre de sol, ventre à terre vers la voiture. Moi qui m’égosille dans le vide (ni le 4×4 ni Ayla ne se sont arrêtés) à 200m de là, donc beaucoup trop loin pour tenter quoique ce soit « physiquement ».
Bref, la cata, et une grosse grosse flippe.
Une fois que le 4×4 a passé l’horizon (et que je n’ai plus été à portée de vue), la débile est revenue. Puis repartie. Puis revenue. Puis repartie. Puis revenue.
Je vous laisse imaginer mon état de nerfs…

Du coup, après 40 min de balade, sanction. La demoiselle en laisse (et tout le monde se doute que ça n’a pas été particulièrement simple de la récupérer), fini la récré, on va bosser.

S’en est suivi quasiment une heure de marche au pied, assis, coucher, pas bouger, viens ici (avec des « rattrapages » de chien à la volées assez acrobatiques…)

Et tout cela avec une chienne… Chiante. Qui fait ce que je lui ordonne (puisqu’à ce stade, ce n’est plus une demande), mais clairement à contre cœur (chouine, porte son attention sur tout sauf sur moi, tente de se soustraire à chaque possibilité…).
Dans l’idéal, il m’aurait fallu avoir la longe, ça aurait calmé les exercices de rappel… Mais je ne l’avais pas.

 

Entre temps, des randonneurs sont passés… Vous avez une explication (presque audible) vers 1’20. Je vous laisse apprécier le cinéma de la poilue.

 

Et le 4×4 est revenu… (Et pour le coup, ça a globalement été.)


Enfin voilà, c’est pas toujours facile, ni même agréable.

Et hier, ben c’était juste chiant.

 
Aller, sans rancune Ayla.

 

 

Promenade !

Bonjour à tous,

Ce week-end j’ai du travail à faire, du coup je suis pas trop trop dispo pour les poilus.

Donc on a séché les « cours » hier après midi, et fait une petite balade à la place.
Un peu pareil aujourd’hui, balade ce matin, puis Ayla a joué toute seule comme une grande dans le jardin. Là je vais me remettre au travail et on retournera se promener en fin de journée.

Cependant, j’ai quand même pris le temps de vous faire une vidéo à de la promenade de ce matin. Ca marchera mieux qu’un long discours pour vous donner une idée de là où on en est avec Ayla 🙂

On commence à pouvoir travailler « en libre », sans laisse. C’était impossible encore quelques semaines en arrière.
Je suis contente.

Accrochez vous, la video dure presque dix minutes!

A bientôt.

Emi


 

A l’Ecole des Chiens…

Hello Folks!

Aujourd’hui je viens témoigner de la dernière lubie de mon humaine. (Ces bipèdes sont pleins de ressources quant il s’agit de nous perturber dans notre routine…).

Il y a une dizaine de jours, elle m’a amené à l’ECOLE. Yes, The School.
Au début, ça partait « bien ». En fin de matinée nous avons pris la niche motorisée pour nous rendre chez ses parents. Pendant qu’elle profitait de choses d’humains (un bon repas, quoi) moi j’ai pu jouer jusqu’à plus soif avec ma copine Ghriba.
C’est ensuite que ça s’est gâté.

Nous sommes reparties dans la niche roulante, au mois une heure, pour finalement arriver dans un endroit inconnu où se trouvaient tout plein de chiens. Tous tenus en laisse, et certain très… démonstratifs.
Je vous dis pas la gueule que je tirais en arrivant.

J’adore les autres chiens, même les brutaux, mais ceux qui m’aboient et me grognent dessus alors que nous ne nous sommes même pas renifler le derrière : NO WAY.
Seriously, est-ce que ce sont des manières?

Dans le doute, j’ai laissé l’humaine gérer. (En l’occurrence, elle a dit bonjour et s’est mise dans un coin pour observer ce qu’il se tramait, ne sachant pas trop ce qu’on attendait d’elle.) Je me suis couchée à ses pieds (safe place) et j’ai attendu. Quelques personnes se sont approchées pour me caresser et complimenter ma maîtresse sur ma Beauty et mon flegme (of course…)

Ensuite, le cours a commencé. Nous sommes avec les beginners. Il y avait tout un tas de chien, ma maîtresse n’a pas compté mais je pense que nous étions au moins 12… De toute taille et de toute race, du Jack Russel au Rottweiler. Il y avait même un bébé berger allemand de tout juste trois mois.
J’aurais bien aimé jouer avec lui, mais mon humaine ne voulait pas. Soit disant que ce n’était ni le lieu, ni le moment (no kidding…)
Du coup j’ai bien été obligée de faire ce qu’elle me demandait.
Elle était persuadée que je ne tiendrai jamais une heure complète, je l’ai surprise!
J’ai été très sage, je ne l’ai pas contrarié, j’ai effectué les exercices idiots qu’elle me demandait de faire (au pied, assis, coucher, pas bouger, viens ici, au pied, stop, assis, au pied… Le tout au rythme d’une sorte de klaxon à main… Oh My God, sérieusement, elle n’avait rien de mieux à faire de son après midi???) et le tout avec un collier plat (cette idiote avait oublié l’étrangleur dans la voiture…).
Elle était ra-vie.

Bon, du coup moi aussi, ça m’a fait plaisir de la voir si heureuse (Même si je pense qu’elle me prend vraiment pour une débile…)

Je crois que dans sa naïveté, elle pensait que le travail avec Jean-Marc suivi de son travail seule avec moi avaient payé.
En fait, c’est juste que je suis bien gentille… Mais bon, laissons lui ses illusions. She’s kinda cute.

Elle a décidé d’y retourner régulièrement (à l’école)… Le problème c’est que c’est quand même super loin… De chez ses parents, il y a une heure de trajet, de chez elle plus d’une heure et quart. Pour une heure de cours, il faut vraiment avoir envie! Et en ce moment, avec la neige et tout… C’est pas simple!
Mais elle va essayer de m’y amener au moins deux fois par mois. Et plus régulièrement au printemps.
Peut-être pas pour « toute ma vie », mais au moins pour toute l’année 2013 avec deux objectifs en tête : le premier c’est de me faire passer le CSAU en septembre, et le second c’est que j’ai assez progressé en obéissance ET en socialisation pour pouvoir envisager de se renseigner sur les possibilités pour que je devienne chien-visiteur pour 2014.
D’après ce qu’elle a pu trouver comme informations (ou plutôt ne pas trouver) il n’y en a pas en Lozère. Hors, il y a beaucoup de maisons de retraites et de centres pour handicapés, notamment, et elle pense que ça pourrait être un projet intéressant.
Il y a quelques années, elle avait été « humaine visiteuse » dans un hôpital de la région grenobloise, en service gériatrique, et l’expérience l’a beaucoup marqué.

Well, ce sont des projets à long terme, mais j’avoue que l’idée ne me déplaît pas. En plus, avoir un but partagé toutes les deux, ça nous rapproche et ça rend notre vie ensemble plus belle! (Sortez les violons!)

Pour en revenir à notre journée d’école, ce soir là nous avons dormi chez Ghriba. En effet, les parents de mon humaine sont sortis faire la fête avec leurs amis, et mon humaine… a baby-sitter leur chiot.
Normal.

Moi j’ai trouvé que ce n’était pas une mauvaise soirée.

Je vous laisse avec quelques photos, mais pas de l’école parce que… Mon humaine était trop occupée avec moi pour en prendre.

De l’art de la diversion (vive le Pipolino!)

Hello folks!

Je voulais juste share my happyness, parce que hier j’ai eu un nouveau jouet!
C’est le fruit d’un plan trèèèès élaboré. Ces dernières semaines, j’ai fait trois fois de « grosses bêtises » à base de câbles…
D’abord, c’est le câble téléphonique qui y est passé. Il me provoquait, collé sur ces plinthes que j’aime bien ronger. Il n’a pas beaucoup souffert.
Cette fois là, mon humaine était… Au téléphone (mais celui without fil) avec une copine à elle.
Elle ne s’est rendue compte de rien…

La fois suivante, un samedi matin.
You have to know that mon humaine, elle travaille dans une mairie, elle a des « responsabilities », notamment celle d’assister aux conseils municipaux qui ont lieu une fois par mois, un vendredi soir.
Et ça finit trèèèès tard… En heure humaine à doit donner du 1h30 du matin. Autant dire qu’à mon réveil, le samedi matin à 7h30/8h, il n’y a pas grand monde…
Ce matin là, quand les félins d’appartement et moi on a commencé à s’agiter, elle s’est levée, m’a mise dehors pour que j’aille faire mes besoins, a nourri les chats, m’a rentré, m’a nourri, est allée se recoucher.
Moi, I wasn’t tired anymore.
Alors j’ai débranché le câble du poêle (le truc qui fait du feu) et je l’ai mangé. (Le câble, la fonte c’est trop dur.)
Je vous raconte pas la tête de mon humaine quand elle s’est levée, trois heures plus tard…

Et la dernière fois, à ce jour, c’était vendredi dernier. Pas de réunion ce soir là, mais mon humaine voulait passer sa soirée à « geeker » devant sa boite à images personnelle. Elle avait le casque sur la tête, et discutait avec des gens absents… J’en ai profité pour finir le travail sur le câble du poêle.
Lorsque, le lendemain, elle a raconté mes agissements à ses amis, l’humaine de mon cousin Seo lui a conseillé de faire l’acquisition d’un « pipolino » pour m’occuper lorsqu’elle ne pouvait, ou ne voulait pas se concentrer sur moi.

Nous avons reçu cet objet béni des dieux hier.

I LOVE it! C’est tellement fun!
Mais fatigant… Je joue 15-20 min, je dors un quart d’heure, j’y retourne 15-20 min, je dors encore… Normalement j’arrive à le vider dans le troisième round et ensuite il me faut au mois deux heures pour récupérer de tous mes efforts.
Allez savoir pourquoi, mon humaine ADORE.

Elle vous a préparé une petite vidéo qu’elle m’a chargé de vous mettre dans l’article…
Et pour ceux qui se demandaient comment avait évolué mon « obéissance », regardez jusqu’au bout… Durant les 5 dernières secondes, elle m’appelle et me demande de m’asseoir ce que je fais sans rechigner alors que je suis en plein jeu !

Education

Traversant une période un peu « intense » avec Miss catastrophe, je pense que c’était le moment de faire un point sur ces 6 derniers mois en matière d’éducation.

Mise en place.
Dès son arrivée à la maison, nous avons attaqué les débuts de son éducation. Elle avait alors 7 semaines et demi. Les circonstances étaient les suivantes : vie en appartement, deux chats, deux humains (moi et le coloc).
Ayla avait à sa disposition le salon cuisine et l’interdiction d’accéder aux étages. Interdiction matérialisée par une barrière de sécurité enfant qu’elle a toujours respecté, excepté lors du déménagement où elle l’a passé deux fois (changement de contexte?) mais où, à chaque fois, elle a été grondée et remise dans sa zone immédiatement.
Depuis elle n’a plus tenté de traverser.

Les ordres de base :
Le assis, le coucher, le pas bouger et le viens ici ont été travaillés en intérieur dès toute petite. Sur un système de récompense aux friandises.
Elle a très vite appris. Malheureusement, seul le assis a été intégré en absence de récompense.
Dès ses 5 mois nous avons commencé à travailler sans récompense, sur un système un peu plus « autoritaire ». Le pas bouger, le assis et le coucher fonctionnent. (hors situations d’excitation intense, par exemple dehors, sans laisse, avec d’autres chiens autour) Le rappel, par contre, est décevant.
En effet, en extérieur sans laisse c’est un chien « tranquille ». Elle ne fugue pas, ne se lance pas sur des pistes (un NON ferme, suivi d’un « Laisse » suffit à la stopper), et elle garde toujours un oeil sur ses compagnons de balade humain. Mais elle ne revient pas au pied sur commande.
Après quelques mésaventures estivales (moutons + Patou = grosse frayeur) j’ai entrepris de la travailler à la longe.
Résultat mitigé là aussi. Avec la longe elle écoute, dès qu’elle n’a plus la longe ça recommence. Il n’y qu’en seconde partie de promenade (après une bonne heure de marche) que je récupère un chien ayant une écoute acceptable (mais pas parfaite.)
Pas si mal… A condition que durant la première partie nous ne croisons ni promeneurs, ni cyclistes, ni troupeaux, ni autre chien… Ca va que nous habitons en Lozère et qu’en dehors de la période estivale il n’y a pas foule, mais ce n’est pas rassurant pour autant.
Durant ces premiers mois, nous avons aussi appris des tours qui ne servent pas à grand chose, sinon à créer du relationnel et des moments de complicité : high five, roulades, pan t’es mort…

Le Jardin, les séances d’éducation « classiques ».
Puis vint le déménagement, l’apparition du Jardin, et la « crise d’adolescence ».
Vers ses 7 mois elle a commencé à être « insupportable ».  Je me suis retrouvée avec une jeune chienne n’ayant plus aucune écoute, frondeuse, et lourdingue (sauter sur les gens, jeux très brutaux à la limite de l’acceptable, plus aucun rappel du tout, prise d’indépendance…) et j’étais bien embêtée.
J’ai donc, à tort ou à raison, supprimé une grande partie des périodes de balade sans laisse, les troquant contre des balades en longe (qui lui laissent 10 mètres d’indépendance), ne voulant pas courir le risque de perdre mon chien dans les bois en période de chasse. Ceci à l’exception des balades dans des endroits « ouverts », sécurisés et inconnus de la miss… Cas dans lesquels elle est beaucoup plus concentrée sur moi.
J’ai également passé énormément de temps à jouer avec elle, histoire de remettre en place les limites de ce que j’estime tolérable en terme de « morsure ».
Qu’on se comprenne, aucune morsure n’est tolérable, mais les prises en gueule lors du jeux, si elle ne serre pas, le sont. Elle a aussi un petit mordillement très doux, du bout de la gueule, qui est clairement une façon de montrer son affection. Cela fait partie de son mode de communication, je n’envisage pas de lui enlever. Là, après un mois de travail nous sommes proches du résultat attendu à ce niveau.

Pour le reste, après rencontre d’un éducateur canin et semaine de « vacances » chez des copains compétents en région bordelaise, j’ai instauré 15 à 20 minutes de travail au collier étrangleur tous les deux jours en moyenne.  Les jours sans étrangleur sont des jours de « reste », « viens ici », ordres classiques avec récompense.
Et… C’est compliqué. Il suffit que je sois légèrement fatiguée ou stressée pour qu’elle tente de se soustraire à la contrainte de l’exercice en cours, et qu’au lieu de pouvoir travailler la marche au pied et ce qui s’en suit (assis, coucher, pas bouger), je me retrouve avec un chien debout sur ses pattes arrières au bout de la laisse, qui essaie de mordre cette dernière, aboie, me saute dessus, tire au renard… Bref. Qui teste.
Je sais que je dois tenir bon, qu’au bout de quelques minutes elle se calme et se plie à l’exercice demandé (quitte à recommencer son test vingt mètres plus loin.) et qu’à terme cela paiera. Mais c’est vraiment dur pour moi. J’ai beaucoup de mal à m’affirmer et c’est une vraie « torture » de me retrouver en conflit avec mon chien pour lui imposer des « conneries ». Le but en lui même n’est pas d’avoir un chien qui marche parfaitement au pied (même si ce serait pratique), mais plus de remettre en place la hiérarchie dont le sommet était certainement occupé par mon coloc… Jusqu’à mon déménagement.

Petit à petit, il me semble que les choses se calment, qu’elle est plus à l’écoute, plus posée et plus affectueuse à la maison… Et que les phases de test durant nos séances de travail s’espacent… (disons qu’il n’y en a plus qu’une ou deux sur 20 min, au lieu d’une crise toutes les 4 minutes…). Mais il suffit d’une faille… : Une mauvaise journée, une mauvaise nuit, un réveil du pied gauche, les chats qui m’embêtent… Pour que ça recommence de plus belle.

Je m’estime heureuse, j’ai un Tamaskan. A terme je devrais pouvoir réussir à mettre en place une relation harmonieuse.
Mais, honnêtement, je ne m’attendais pas à une phase si difficile lors de l’adolescence, et je rejoins les « disclamers » sur la race (apparus un peu tard) qui disent que ces chiens ne sont pas pour tout le monde (et peut-être pas pour les mous du g’noux comme moi :/), et qu’il faut tenir compte des ascendances nordiques et CL dans les méthodes d’éducation et les aspirations qu’ont les proprios.

Ce que je veux à terme : 
Un chien canalisé en intérieur, et en extérieur « humain » (ville, maison, gares…)
–> A peu près acquis.

Un chien en qui je peux avoir confiance en extérieur (= un rappel efficace)
–> Loin d’être acquis, mais en progrès léger.

Un chien avec qui j’ai une relation « saine », basée sur le respect, l’affection et la confiance.
–> de « pas trop mauvaises bases », une période d’adolescence et de test durant laquelle je dois « tenir bon ». Compliqué en ce moment… Période « yoyo ».

Cause toujours, tu m'intéresses.

Des nouvelles

Bonjour à tous,

C’est Emilie, la maman (non biologique) d’Ayla.
Je prends la plume pour plus de facilité, sachant que miss catastrophe est en phase « crise d’adolescence » et est trop occupée par ses hormones pour prendre le temps d’écrire.

Il s’en est passé des choses depuis cet été…

Nous avons rencontré tout un groupe d’amoureux des chiens-loups en août. Un gros week end, bien fatigant, et super sympa. En tant qu’humaine j’ai rencontré des gens géniaux (que je suis retournée voir quelques semaines plus tard avec Ayla, début octobre pendant une semaine.)
Au programme lors de ce rassemblement : covoiturage, pique nique en forêt, baignades dans un lac, balade en forêt, camping, discussion nocturne sur une terrasse accueillante.
Ayla de son côté s’est faite plein de nouveaux copains et a pu nous laisser juger de son caractère pour le moins affirmé (quand on pense qu’on avait ici affaire à un chiot de même pas cinq mois…)

Nous y sommes donc retournés une semaine en octobre : logées chez Vero (moment pub : Véronique Bret, photographe animalier, n’hésitez pas à visiter sa page! Il y a des bouts d’Ayla dedans!) et sous la garde de Jean pour les journées.
Je me suis régalée… Revu quelques personnes (et chiens!) que j’avais déjà croisés avec plaisir la dernière fois et que j’ai pu mieux apprendre à connaître : Blandine (avec Gamin et la sublime Lupa…), Lilia (avec Gadou, Totem, Tex et Lucie)…
Mais également rencontrer de nouvelles personnes : Jean Marc l’éducateur canin qui m’a appris beaucoup de choses (en très peu de temps).
(Non, je n’ai pas été traumatisée. Je serai forte et je deviendrai une leadeuse. Un jour. Mais vite.)
Et bien sûr Jean, Marine et tous les loulous… (Cabale <3).
Vero nous a également amené voir l’océan! Super matinée, moins bonne soirée avec Ayla qui a vomi une dizaine de fois en moins de deux heures (véto, inquiétude…) Quelle idée de « goûter » le sable et l’eau de mer..  Quand on pense qu’elle est née sur une île!!!

J’en profite pour remercier encore Véro, Jean et Marine pour leur accueil, leur investissement, leur patience et leur gentillesse!

Pendant tout ce temps… J’ai Déménagé!  Et oui, enfin le jardin, enfin la maison seule, la baignoire et le poêle à granulés!
Ca fait maintenant deux semaines que nous sommes installés tous les 4 (les deux chats, miss catastrophe et moi…)
Nous prenons doucement nos marques… Suite à une « fugue » d’Ayla (qui est allée courir après les poules de la voisine, shame on me) j’ai pas mal travaillé au renforcement de la clôture et dès la semaine prochaine une clôture électrique devrait venir finaliser le tout (et aider ma tranquillité d’esprit.)

J’ai également passé énormément de temps à profiter de mon temps libre (vacances… Je reprends lundi :'() pour travailler énormément avec Ayla. La demoiselle va avoir 8 mois le 25 octobre et est en pleine remise en question de tout. Après trois semaines passées h24 avec elles (et une heure de travail journalier avec elle en plus du « quotidien » les choses ont l’air de rentrer doucement dans l’ordre… Mais ça n’a pas été simple. Dur la transformation d’un bébé chien câlin et pas contrariant en adolescent rebelle qui remet en question toute forme d’autorité et de contrainte et semble avoir tout oublié des six mois d’éducation précédent…. Je suis passée par de gros moments de ras le bol et de découragement. Heureusement que je suis entourée par des personnes compétentes, positives et de bon conseil. 🙂

Voilà pour le gros des nouvelles.
Je vous laisse avec quelques photos de la rencontre d’août, de notre quotidien et de la vue de la nouvelle maison (hihihi).

A très bientôt!