Farewell, you furry friends of my friend.

Il y a  3 ans et demi, à l’automne 2012, Ayla et moi avions fait notre entrée dans le « milieu » fort particulier des « chien loups non lof ». A cette période j’ai rencontré plein de monde, des rencontres plus ou moins heureuses dont très peu ont donné naissance à des relations valables.
Dans le lot, il y avait une petite jeune qui n’était pas d’accord avec moi. Jamais. Une vraie miss « oui mais ».
Mais voilà, elle, c’est devenue une amie. Une vraie.
Une qu’on peut appeler quand on se fait larguer. Une avec qui on part en vacances. Une avec qui on partage un rêve, un rêve qu’on réalise ensemble.

Mathilde, en novembre 2012, elle attendait sa petite chienne. Ink.
Un peu le même délire que mon Ayla, si ce n’est que ce n’était pas une tamaskan, mais une Northern Inuit. Ink aussi arriverait d’Angleterre. On a beaucoup parlé, à l’époque, de la « nature » de nos chiennes.

On a pu se rencontrer à la faveur d’un « week-end chien loup » en Dordogne, l’été suivant.
J’ai adoré Mathilde, un peu piquante, vive et toute jolie.
J’ai adoré Ink, la chienne la plus rigolote et douce que j’ai jamais rencontré. Même Ayla s’est laissée convaincre… Et, croyez moi, c’était pas gagné.

IMGP1082 IMGP1041 IMGP0904 IMGP0839           IMGP0830            IMGP0758

On a avancé avec nos chiennes, chacune de notre côté, en se racontant nos déboires. Moi avec ma tête de noeuds, elle avec sa flipette.

Un an plus tard, on avait envie d’un autre chien. On voulait un petit américain, pas trop élevé en pourcentage, juste assez pour que ce soit joli et intéressant.
Alors, ensemble, on a candidaté pour nos bébés.
Ensemble on a attendu… attendu… attendu…
Ensemble, au téléphone et par messenger, la nuit où ils sont nés, on était là.

Un mois plus tard, on s’est regardée, l’une et l’autre, se lier à notre boule de poil.
Et on a trouvé ça joli.

     IMGP0218           11044574_10153174157534429_6223792774628530069_oIMGP0222

Nos chiennes anglaises, et un frère chacune. Moi l’agouti, elle le noir. Elle Aedan et moi Merlin.

Six mois plus tard, nous sommes partis en vacances à 8. Une super semaine en Dordogne qui était vraiment, vraiment, bien.
Même si les princesses anglaises n’avaient plus vraiment envie de prendre le thé ensemble.

IMGP5425 IMGP5281 IMGP5079 IMGP5030 IMGP4717 IMGP4658 IMGP3173            IMGP4678           IMGP4776

On s’est quitté en se disant qu’on remettrait ça, obligé.

On s’est raconté comme évoluaient nos garçons, comment on s’en sortait.
Chacune avec ses problématiques, elle avec la tête de noeuds, moi avec la flipette…
Bien sûr, parfois on n’était pas d’accord, mais on racontait quand même, on s’écoutait.
On partageait. On « savait ».

Avant hier, Mathou m’a envoyé un message de chez le véto. Ses chiens n’étaient pas bien, ils pensaient à un empoisonnement au raticide. Alors mise en place du traitement adéquat, et croiser les doigts pour que tout le monde se remette très vite.

Hier en revenant de balade, j’ai vu ses messages sur facebook.
Je me suis levée brusquement de devant le pc, criant à Julie « Il faut appeler Mathou, ils sont morts ». Un instant de flottement puis ça m’a explosé à la figure et j’ai éclaté en sanglots.

Depuis je pleure, par vagues. C’est un peu idiot peut-être. C’est peut-être même inapproprié. Après tout, ils n’étaient pas mes chiens.
Mais c’était des chiens-amis. Des chiens de notre « meute », de celle qu’on se construit pas après pas. C’était des chiens que j’aimais. C’étaient les chiens de mon amie.
Ce sont mes chiens, en miroir. J’ai tellement de peine pour les humains qui les aimaient, j’ai tellement mal pour ma Mathou, pour Romain….
C’est tellement dur, tellement injuste, tellement violent et improbable.
Tant d’amour, tant d’efforts, tant de joie réduits à néant par un agriculteur qui voulait supprimer les souris de son champs de blé.

C’est tellement absurde.

Mais c’est comme ça. Ils sont partis. Et durant leur passage parmi nous, ils ont – vraiment – été aimé. Comme peu de chiens le sont. Croyez-moi.

IMGP4985   IMGP4688   IMGP4685 

                   IMGP1258                    IMGP1451

Au revoir, les copains. Au revoir Kinou. Au revoir Bidou.
Reposez en paix, et amusez vous bien, là bas.

 

 

« This is Madness! »

Hier, dans l’après midi, mon meilleur ami, le maître de Tyr me demande si nous pouvons garder son chien quelques jours. Il part une dizaine de jours à l’étranger pour son travail et la personne qui devait récupérer le bicolore a un empêchement.
Bon, évidement., oui, on le prend.

Pour ceux qui sont nouveaux, Tyr c’est lui :

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.554370867994570.1073741864.383947561703569&type=3

Nous récupérons Tyr en fin de journée. Les trois chiens dans le jardin, pour être sûres que ça « passe » toujours.
Rien de notable, il pleut, c’est l’heure de manger, on rentre tout le monde.

Merlin est fasciné par Tyr, il le suit partout en chouinant et en faisant des appels au jeu.
Tyr est bloqué sur Ayla et ignore totalement Merlin, lui grognant légèrement dessus lorsqu’il lui gâche la vue.
Ayla est incompréhensiblement prostrée dans nos pieds.


Ca dure un moment comme ça, puis les trois chiens s’entassent dans un espace trop restreint (lentrée), Ayla leur gueule dessus, Tyr le prend mal et se met à claquer des dents dans le vide en grognant, Merlin hésite et Tyr lui saute sur le nez, Merlin s’énerve.
On sépare tout le monde, on attend que la tension baisse, on lâche Tyr. Il saute à nouveau à la gueule de Merlin.
Le gamin, vexé, se fait plus grand, sort sa crête et lui aboie/grogne dessus.
Tyr répond.
Ok on est pas dans la merde.
On sépare tout le monde.

Dans la soirée, les choses ont l’air de se calmer entre les garçons (qui se chouinent dessus à travers la barrière bébé).

Ce matin, dehors, retour à la normale. Tyr ignore Merlin qui lui fait des appels au jeu en chouinant.
Pas mal.

Dedans par contre, c’est un peu plus compliqué. Merlin, se sentant envahi, a entrepris de marquer son territoire (et un pipi sur le lit, et un pipi sur la caisse des jouets…)
Puis il ne veut pas que Tyr nous approche trop, nous sommes son privilège.

C’est casse pied, mais ça se gère.

Oh et il manquait une chose pour que ce soit vraiment le bordel non?

Non.

Ayla vient de déclencher ses chaleurs.

Nouvelles

Bonjour à tous,

Cela fait quelques mois depuis le dernier post sur ce blog, et il s’en est passé des choses durant ce laps de temps…

Tout d’abord, une séparation amoureuse dans le cadre de laquelle Lycan est parti vivre avec son maître.

De retour à notre vie « d’avant » nous avons repris nos anciennes habitudes.
Ayla passe ses journées dans le jardin. Nous allons faire une promenade ensemble dans le village tous les midi, et de grandes balades lors de mes journées de repos.
Ayla semble s’être bien remise du départ de son copain, et elle a repris un rythme agréable pour nous deux.
1477706_494670893964568_329150393_n (1)
Elle a traversé (ou traverse encore?) une petite régression durant la période fin octobre/novembre. Son rappel a disparu, et son écoute s’est volatilisée. Ayant traversé une période un peu plus compliquée lors de sa première régression, lorsqu’elle avait 8/9 mois, j’ai seulement mis en place un « garde-fou » en sortie extérieure (elle a une longe de 20 mètres en permanence, que je laisse traîner au sol mais qui me donne une sécurité suffisante au cas où elle ne serait pas d’humeur à répondre au rappel.) et j’ai  continué à la travailler aux bases d’obéissance lors de nos promenades du midi.
A ce jour, tout semble être rentré dans l’ordre.

Le retour à la cohabitation avec les chats a été beaucoup plus compliqué. Ayla semble avoir développé une prédation envers eux et ne prend « plus de gants », les chats de leur côté ont pêché par excès de confiance ce qui a donné lieu à un incident avec Ziggy qui a été légèrement blessé (encore un hématome ankysté, sur la poitrine cette fois).
Du coup, nous avons (avec l’aide mes parents que je remercie) aménagé l’appartement de manière à pouvoir séparer totalement les chats d’Ayla durant les périodes où je ne suis pas là pour surveiller (la nuit, quand je dors, et la journée si Ayla doit rester à l’intérieur.)

1477915_499189636846027_1149173354_n
Parallèlement, nous reprenons le travail de « socialisation » d’Ayla aux chats à base de très courtes séances (5/10 min) une à deux fois par jour où elle doit ignorer les chats.
J’espère arriver à pacifier un peu l’ambiance entre les poilus par ce moyen, mais de toute façon les possibilités de modulation de notre petite maison permettent maintenant de les séparer strictement, sans que personne ne soit « mis de côté », si jamais les améliorations ne sont pas « suffisantes ».

D’un point de vue « vie sociale d’Ayla », le fait qu’elle se retrouve subitement seule lui pèse certainement. Depuis le départ de Lycan, j’ai essayé de lui donner un max de possibilité de contact avec d’autres chiens. Un peu compliqué ici où la plupart des chiens sont laissés en liberté à errer dans les villages et où le chien loup le plus proche est à presque deux heures de route.
Pour autant, nous avons gardé Tyr quelques jours à la maison, nous voyons Gribha quasiment toutes les semaines et nous avons passé un WE chez des amis où Ayla s’est faite un nouveau copain!

1400750_489539841144340_1971399453_o 1399531_489539637811027_1411618495_o (1) 1397719_489539641144360_50039117_o

Lien : Album « Visite de Tyr »

Si tout se passe bien (et le « Si » est un gros « si ») nous accueillerons un petit chien loup mâle l’année prochaine. Je vous donnerai plus de précisions lorsqu’il sera né (si….)
Une seule certitude pour le moment : ce ne sera pas un tamaskan.

D’ailleurs, en parlant de projet. Je vous apprenais cet été qu’Ayla avait passé sa radio des hanches et que les résultats étaient assez satisfaisants pour envisager de lui faire avoir une (ou plusieurs) portées.
Dans la foulée je lui ai également fait faire son identification génétique, ainsi que les tests de filiation confirmant que ses parents sont bien ceux qui avaient été annoncés par son éleveuse.

J’ai également commencé à prospecter pour lui trouver un mâle compatible.
Affaire pour le moins complexe… mais il semblerait que nous ayons fini par trouver le partenaire idéal. Seul problème (parce qu’il y a toujours un hic), il habite en Angleterre.
Je n’ai rien contre les anglais, mais entre le prix de la saillie et celui du trajet, le gigolo d’Ayla représente un investissement de plus de 2 000 € (en faisant fie de tous les autres frais liés à l’imminence, puis l’entretien, d’une portée.)

Or la priorité des investissements canins de l’année 2014 est l’acquisition du petit chien qui devrait nous rejoindre dans le courant de l’année. Ainsi la première portée d’Ayla n’aura sûrement pas lieu avant la fin de l’année 2014, voire plus probablement le début de 2015 ce qui correspond à mon projet initial d’attendre qu’elle ait 3 ans pour sa grande première (en espérant très fort que cela « fonctionne »!)

Je ferai une annonce dans le courant de l’année, en présentant le mâle qui a été choisi et en donnant toutes les informations utiles… Mais seulement « dans quelques mois », quand j’aurai une idée plus précise de mes finances et du timing qui sera finalement choisi. Inutile de m’envoyer des mails maintenant pour réserver un chiot 🙂

Sur une note plus générale, la neige est arrivée dans nos contrées reculées il y a quelques semaines, et nous ADORONS!

Je vous invite à jeter un coup d’oeil à cet album de notre page facebook pour des photos récentes d’Ayla.

A très bientôt,
Emilie

Shooooooting

Hello world!

Je voulais vous parler parce que, en fait, samedi, mon humaine et moi même avons fait un truc suuuuuuuper fun!
Un shoooooooting photo entre filles.

Alors, voyez, j’ai l’habitude d’être devant un objectif, puisque mon humaine aime bien être derrière, mais là c’était pas pareil.
Il fallait rester dans des endroits louches, sombres et qui sentaient bizarre, dans des positions bien précises, sans bouger (damned!)
Mais mon humaine, un peu dépassée par les événements, m’a laissé « me défouler » quasiment tout le temps.

On a commencé dans un endroit que j’aime bien, avec un grosse roue, et des chardons. J’ai attentivement fait le tour plusieurs fois et suivi de prêt la préparation des filles.

IMGP0124 IMGP0095 IMGP0105 IMGP0115 IMGP0117

 

Là on est allées dans une sorte de cave, qui sentait le vieux caca de mouton (que j’avais même pas le droit de manger…) et on m’a dit de faire un regard sexy.

IMGP0170 J’ai bien écouté et puis….  IMGP0162

Je ne sais pas pourquoi, ensuite, elles m’ont dit d’arrêter d’essayer.

On a fait une série de photos de ce genre là :

IMGP0160 IMGP0178 IMGP0180

Puis je suis allée jouer dehors, mais pas longtemps parce qu’il faisait vraiiiiiment trèèèèès chaud et que, tout bien réfléchi, j’étais mieux dans la cave qui sentait la vieille brebis.

IMGP0219 IMGP0233

On a refait une petite série de photo puis mon humaine a laissé ses coupines faire des photos sérieuses et elle m’a amené un peu plus loin au bord du ruisseau pour que je puisse me faire un masque.

IMGP0256 IMGP0168 IMGP0303

Au bout d’un petit moment les filles nous ont rejoint et je leur ai montré mon immense joie de les retrouver avec ma douceur et ma grâce habituelle.

IMGP0262 IMGP0266 IMGP0264 IMGP0268  Mais là elles n’avaient plus vraiment besoin de moi. Elles ont bien essayé de me demander de monter sur une meule dans un vieux moulin, mais, soit disant que je bougeais trop vite par rapport aux temps de pose nécessaires… Alors elles m’ont laissé jouer dans le ruisseau tout le temps.
C’était bien!

Après, on est allé à la CASCADE!

Moi j’aime bien la CASCADE !

Mais cette fois ça a fait peur, parce que ma copine Florence, elle a mis une robe blanche et ni une, ni deux, elle est partie à l’assaut de la CASCADE.
J’étais suuuuper inquiète (mais pas plus que mon humaine.), et d’ailleurs, quand Florence est revenue j’ai couru la rejoindre sur le sentier où je lui ai faite une fête monstre!

IMGP0307 IMGP0379 IMGP0314

C’était super rigolo, ça m’a beaucoup plu l’après midi shooooooting.
Puis Annabelle c’est ma coupine depuis que je suis toute minuscule et Florence c’est la compagne de mon pôpa l’ancien coloc de mon humaine. Alors c’est un peu la famille, tu vois.

Relax.

D’ailleurs, les photos d’Annabelle sortiront un jour, mais en attendant de pouvoir vous les présenter :
Florence a fait un article dans son blog, sur notre après midi, ici : Balade en Tamaskie
Et mon humaine a mis ses photos de Florence ici : Shooting photo avec Sirithil et Annabelle Chabert

A tout plus! Faut que je vous parle de mon nouveau mec!

 

La surprise du dimanche!

Aujourd’hui fut une GROOOOOOSSE journée!

Travail au jardin, mes parents sont venus m’aider!
On a continué le nettoyage (en cours depuis l’été dernier… Ce jardin était une vraie déchetterie… Hier encore j’ai découvert le tambour d’une machine à laver, enterré sous un arbre…), réinstallé la clôture électrique (Watcha! C’est que ça pique!), Et même planté de petites fleurs….

L’aprem j’ai rentré Ayla deux heures en laissant Ghriba dehors. On n’arrivait pas à bosser avec les deux chiennes dans les pattes!

Un mignon petit beagle est passé nous voir, puis il est reparti, puis il est revenu, puis il est reparti.
A un moment je suis allée chercher des trucs à l’intérieur et j’ai entendu des aboiements et des grognements venant de la rue.
Donc je suis allée à la fenêtre et j’ai vu Touffu (une sorte de border colley mutant, plus grand qu’Ayla) et sa copine rottweiler arriver à fond sur le petit beagle, tout crocs dehors.
Par réflexe, j’ai gueulé un coup. Les deux débiles qui ne doivent pas se faire souvent engueuler se sont arrêtés net, un peu perturbés, et le petit beagle est revenu illico à la maison.
Du coup je l’ai fait entrer dans le jardin et je l’ai laissé jouer avec Ghriba pendant qu’on travaillait.

Quand mes parents sont repartis j’ai mis Ayla dans le jardin avec lui, sous surveillance.
Après tout, c’est son jardin, et je craignais un peu sa réaction si jamais elle se prenait une châtaigne à la clôture.

Aucun soucis… Ayla HEUREUSE. Et le petit bonhomme pas du tout impressionné et totalement sous le charme. 🙂

Pendant qu’ils jouaient, j’ai passé un coup de téléphone à un ami qui a des beagles, en pensant que même si le chien n’était pas à lui, ils ne sont pas très nombreux dans le coin à avoir fait ce choix là, et qu’il pourrait sûrement me renseigner.

Vers 18h (après deux heures de jeux acharné dans le jardin), j’ai fait rentrer les chiens, leur ai donné à manger (et ça a été, même si il a fallu rappeler à ayla deux trois fois que c’était moi qui décidait qui mangeait quoi, et pas elle) et… J’ai attendu.

19h, je rappelle mon ami (je me suis dite qu’en trois heures et demi il aurait bien eu le temps de compter ses chiens), le petit bonhomme n’était pas à lui, mais son cousin en a vendu un à un jeune homme qui habite un hameau pas très loin de mon village… Bref, j’ai un nom, j’appelle.
BANCO!

Le petit bonhomme a pu rejoindre sa famille (trèèèèès soulagée de revoir le petit fugueur, comme je les comprends!) ce soir vers 19h15 (d’après ce que j’ai compris, il est parti ce matin quand même! Grand aventurier le bonhomme!)

Moi ces quelques heures avec une chienne qui semblait si comblée, me font vraiment réfléchir à l’éventualité « d’un second »….

Bref!

Je vous laisse avec quelques photos de chiens heureux.

Et une petite video… 🙂 C’était au touuuuut début, ils étaient tout speed! Se sont bien calmés après.

Les félins d’appartement et moi…

Bonjour les copains,
Aujourd’hui j’ai décidé de vous parler des deux autres poilus qui vivent avec mon humaine et moi.
Il y en a deux, un gros rouquin émasculé qui s’appelle « Ziggy » et une petite grise rayée qui s’appelle « Circée ».

Ziggy, il vit avec mon humaine depuis 8 ans et demi. Ils ont même vécu ensemble dans un studio pendant trois ans. Il est assez caractériel vous voyez.
Il aime mon humaine mais est quelque peu jaloux… Avec de sérieuses tendance tyranniques.
Il ne m’aime pas trop, il trouve que je suis grosse et idiote. Mais j’en pense pas moins de lui!

Circée elle est un peu plus rigolote, de temps en temps elle vient me voir dans ma pièce, mais pour l’instant elle refuse que je la touche du bout du nez, même en m’approchant très doucement. Quand je ne suis plus qu’à une oreille d’elle, elle commence à grogner et à se renfrogner.
Heureusement, elle, contrairement au rouquin, elle n’essaie pas de me mettre des baffes!!!

Cependant, quand je vais avec mon humaine dans la pièce où il y a le canapé et les boites lumineuses, Circée va généralement se cacher, alors que Ziggy se met en tête de parader pour bien montrer que je ne lui fais pas peur.

Quand j’étais petite et qu’on habitait à l’autre niche humaine, les chats ne venaient quasiment jamais dans ma pièce, et les rares fois où ça arrivait ça devenait vite très tendu.
J’étais très jeune, vous voyez, et j’avais jamais vu de chat avant, donc je pensais pouvoir jouer avec.
Finalement, j’ai compris que quand ils remuaient la queue, ce n’était pas parce qu’ils étaient contents, et quand ils faisaient « pat-pat » ce n’était pas un appel au jeu… Mais pour cela nous avons traversé de nombreuses crises.

Il y a pourtant eu, à l’époques, quelques inespérés moments de calmes…


Depuis le mois d’octobre et la nouvelle niche, les chats et moi, on se voit tout le temps… On habite au même étage et nous ne sommes séparés que par de simples barrières pour bébés en faux bois. Ziggy et Circée viennent régulièrement m’ennuyer. Ils m’appellent et quand je viens voir à la barrière, ils me mettent des baffes!!
En plus, ça fait aboyer mon humaine.
Bref, nul. Mais moi, vous voyez, je suis gentille, amicale et compréhensive.
Alors, malgré tout, j’ai toujours espoir de pouvoir jouer avec eux un jour et régulièrement j’essaie de les amadouer en leur ramenant des jouets à moi.

Bon.. Parfois aussi, je les engueule. Le matin quand ils réveillent mon humaine et aux moments des repas, quand ils tournent autour de son assiette.
Aussi, quand mon humaine les gronde, je la soutiens!
…Et cette idiote me demande de me taire, à chaque fois….

Il y avait pourtant un moment particulier, mis en place depuis quelques mois maintenant, où les félins d’appartement et moi même faisions une trève. On ne devenait pas best friend forever pour autant hein, ne vous méprenez pas. Mais on se tolérait avec grâce.
Il s’agit de ce que mon humaine appelle « les soirées télé. » Elle en a déjà parlé dans un article que vous pouvez lire ici.

Ca fait quelques jours que le soir, à ce moment là, Ziggy prend son courage à 4 pattes et profite que je sois retenue de force sur le canapé par mon humaine pour aller enquêter dans la cuisine.
Ces deux derniers jours, mon humaine n’a plus eu besoin de me tenir, un simple « non, ayla pas bouger » a suffit à me persuader de ne pas faire plus que de suivre le félin suicidaire du regard.

Ravie de mes progrès, aujourd’hui mon humaine a voulu tenter de passer à l’étape d’après.
Je vous pose le contexte : il fait un temps affreux. Il pleut, et je déteste la pluie. Et tout a gelé, le monde entier est une patinoire et ça fait pousser de petits cris de frayeur à mon humaine.
Donc on est tous restés au chaud.

Mon humaine a ouvert la barrière, et elle s’est mise à bouger ses morceaux de papiers.
Classement qu’elle appelle ça.
Bref.

Elle a pris une petite vidéo.
C’était encore au tout début, Circée était allée se cacher et Ziggy faisait le cake.
Mais au final, à part mon humaine qui a eu quelques sursauts hystériques, tout s’est très bien passé.
Là je suis installée sur le canapé et je dicte tout ça à mon humaine pendant que les chats partagent le panier de Ziggy. Et ils dorment bien. Nous sommes tous les 4 ensemble depuis deux heures, et personne n’est mort.

Peut-être qu’un jour on sera copains.

(PS : Avouez que vous êtes tous impressionnés par les progrès que j’ai fait dans votre langue!)

Ma nouvelle Best Friend Forever.

Heya folks…
Je sais que je suis a little late… Mais, comme mon humaine a dû vous le raconter, les choses ont été quelques peu…. messy pour nous, ces derniers temps.
Je tenais tout de même à vous présenter quelqu’un.

L’ancien pack de mon humaine a adopté a dog.
So cute… c’est une fille.
Elle est petite, un peu jaune et a des oreilles qui volent au vent lorsqu’elle court.

Son nom, c’est Ghriba.

Au début, c’était un peu tendu. Les humaines de la petite avaient peur que je la mange ou que je l’écrase, ou… Whatever.
Les humains ont tout le temps peur.

Mon humaine, ben, ça l’a un peu énervé. Du coup on est vite parties.
Mais vite revenues aussi.
Trois jours plus tard, je jouais librement avec la petite.
On s’entend super bien, le we dernier, on a même dormi ensemble.

Quand mon humaine trouve que « je monte un peu trop en pression » (what the hell is that, again?) elle me demande de me calmer. Mais la plupart du temps, elle estime qu’elle peut me faire confiance (finally!!!) et me laisse gérer.

Mon humaine est contente que j’ai une copine chien que je puisse voir souvent, et moi aussi!
Non que j’ai quoique ce soit contre les chats, mais ce sont les animaux les moins rigolos que je connaisse…

D’ailleurs, je vais faire comme Heyden je pense, et… Bientôt… Je vous parlerai des chats.
(Evil cats…)

Je vous laisse avec quelques photos et une video…
Mon humaine m’a demandé de vous demander (wait, what??) de l’excuser pour l’encodage catastrophique du son et les voix en off qui sont restées là.

PS : Ne trouvez vous pas que mon français a progressé?

Des nouvelles

Bonjour à tous,

C’est Emilie, la maman (non biologique) d’Ayla.
Je prends la plume pour plus de facilité, sachant que miss catastrophe est en phase « crise d’adolescence » et est trop occupée par ses hormones pour prendre le temps d’écrire.

Il s’en est passé des choses depuis cet été…

Nous avons rencontré tout un groupe d’amoureux des chiens-loups en août. Un gros week end, bien fatigant, et super sympa. En tant qu’humaine j’ai rencontré des gens géniaux (que je suis retournée voir quelques semaines plus tard avec Ayla, début octobre pendant une semaine.)
Au programme lors de ce rassemblement : covoiturage, pique nique en forêt, baignades dans un lac, balade en forêt, camping, discussion nocturne sur une terrasse accueillante.
Ayla de son côté s’est faite plein de nouveaux copains et a pu nous laisser juger de son caractère pour le moins affirmé (quand on pense qu’on avait ici affaire à un chiot de même pas cinq mois…)

Nous y sommes donc retournés une semaine en octobre : logées chez Vero (moment pub : Véronique Bret, photographe animalier, n’hésitez pas à visiter sa page! Il y a des bouts d’Ayla dedans!) et sous la garde de Jean pour les journées.
Je me suis régalée… Revu quelques personnes (et chiens!) que j’avais déjà croisés avec plaisir la dernière fois et que j’ai pu mieux apprendre à connaître : Blandine (avec Gamin et la sublime Lupa…), Lilia (avec Gadou, Totem, Tex et Lucie)…
Mais également rencontrer de nouvelles personnes : Jean Marc l’éducateur canin qui m’a appris beaucoup de choses (en très peu de temps).
(Non, je n’ai pas été traumatisée. Je serai forte et je deviendrai une leadeuse. Un jour. Mais vite.)
Et bien sûr Jean, Marine et tous les loulous… (Cabale <3).
Vero nous a également amené voir l’océan! Super matinée, moins bonne soirée avec Ayla qui a vomi une dizaine de fois en moins de deux heures (véto, inquiétude…) Quelle idée de « goûter » le sable et l’eau de mer..  Quand on pense qu’elle est née sur une île!!!

J’en profite pour remercier encore Véro, Jean et Marine pour leur accueil, leur investissement, leur patience et leur gentillesse!

Pendant tout ce temps… J’ai Déménagé!  Et oui, enfin le jardin, enfin la maison seule, la baignoire et le poêle à granulés!
Ca fait maintenant deux semaines que nous sommes installés tous les 4 (les deux chats, miss catastrophe et moi…)
Nous prenons doucement nos marques… Suite à une « fugue » d’Ayla (qui est allée courir après les poules de la voisine, shame on me) j’ai pas mal travaillé au renforcement de la clôture et dès la semaine prochaine une clôture électrique devrait venir finaliser le tout (et aider ma tranquillité d’esprit.)

J’ai également passé énormément de temps à profiter de mon temps libre (vacances… Je reprends lundi :'() pour travailler énormément avec Ayla. La demoiselle va avoir 8 mois le 25 octobre et est en pleine remise en question de tout. Après trois semaines passées h24 avec elles (et une heure de travail journalier avec elle en plus du « quotidien » les choses ont l’air de rentrer doucement dans l’ordre… Mais ça n’a pas été simple. Dur la transformation d’un bébé chien câlin et pas contrariant en adolescent rebelle qui remet en question toute forme d’autorité et de contrainte et semble avoir tout oublié des six mois d’éducation précédent…. Je suis passée par de gros moments de ras le bol et de découragement. Heureusement que je suis entourée par des personnes compétentes, positives et de bon conseil. 🙂

Voilà pour le gros des nouvelles.
Je vous laisse avec quelques photos de la rencontre d’août, de notre quotidien et de la vue de la nouvelle maison (hihihi).

A très bientôt!