La Baskerville (ou comment déguiser ses chiens en Hannibal Lecter)

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, un petit article « technique » pour vous parler d’un ustensile canin sujet à débat, toujours regardé de travers et, au final, bien injustement considéré : La muselière.

Cet article parle de la muselière dite « Baskerville » qui est à la fois résistante et « tenace » (le chien ne peut pas l’enlever d’un coup de patte), mais qui permet à l’animal d’haleter, de boire, de manger et de communiquer normalement. Pour résumer, la seule chose qu’elle empêche, c’est la morsure.

Depuis quelques jours je travaille les gros tous les soirs pour les désensibiliser au port de la muselière.
De toutes petites séances d’une dizaine de minute par chien, me coûtant très cher en friandises très appétissantes.

Le principe : Je présente la muselière, ouverte, en la tenant d’une main au fond de laquelle j’ai déposé une friandise. Pour prendre la friandise le chien met son museau dans la muselière. Le but étant d’associer la muselière à quelque chose de fort positif.

A l’étape d’après, je commence à fermer la muselière, avec beaucoup de douceur et toujours à grand renfort de friandises. Les deux ont essayé, à cette étape, de quitter leur nouveau masque. L’idée à ce moment là c’est, à nouveau, de recentrer les chiens sur la friandise, pour les distraire.
Une fois qu’ils sont assis, calme et gourmand, on enlève la muselière.
Puis on recommence…
Une fois le « port » totalement accepté, on fera un petit essai en extérieur sur une balade courte.
20160830_182533 20160830_183759 20160830_182414
Okay, mais pourquoi je fais ça? J’ai eu l’idée en pensant à leur rdv du 14 septembre chez un véto inconnu qui va devoir leur examiner les yeux pour leur certificat d’absence de tare oculaire (le fameux dernier test de santé qui manque). C’est deux heures de route (l’aller simple), pour cette observation. Des chiens stressés, et une manipulation inhabituelle à laquelle je ne peux pas vraiment les préparer parce que… je ne sais pas quelle est la nature de la manipulation en question.

Ayla a un passif un peu complexe avec les vétos. Ça se passe très bien avec notre vétérinaire actuelle, mais les choses ont été parfois compliquées par le passé. Je ne connais pas le veto que nous allons voir (le choix de vétérinaires agréés est assez restreint) et je ne connais donc ni ses habitudes, ni sa connaissance des CL, ni sa patience, ni même son relationnel avec les chiens (parce que OUI, certains véto ont peur des chiens.) Tout ça mis bout à bout et ajouté à des souvenirs assez marquant de ma chienne en mode « gremlins », tenue par deux ou trois personnes et muselée à l’arrache par un bout de tissu l’empêchant de respirer, le tout pour une toute petite prise de sang de rien du tout, m’ont conduite à vouloir prévenir ce genre de délire.

Un chien muselé, c’est un chien qui ne peut pas mordre. Un chien qui ne peut pas mordre, c’est un chien dont les gens ont beaucoup moins peur, et donc envers qui ils ont des réactions moins débiles (parce que oui, la peur rend tout le monde débile).

Je me dis qu’un chien habitué à la muselière c’est une sécurité. En cas de blessure par exemple. Mais ça peut aussi être un peu plus de liberté pour le chien… Par exemple, un chien un peu « dur » qu’on pourrait mettre en contact sans crainte de bobos avec d’autres chiens. Ou redonner la possibilité de sortir à des chiens tellement durs que leurs maîtres n’osent plus de crainte « qu’il se passe un truc ».
Dans ces conditions la muselière permet au chien de vivre des expériences dans un contexte sécurisant (pour les autres chiens, mais surtout pour les humains concernés.)

De plus, le port de la muselière est obligatoire dans les transports en commun où les chiens sont autorisés (train, tram etc…)

Mais bon, c’est vrai que ça n’est pas joli.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *